La__djote__aux_poireaux_Le_plat_d_tox_de_mon_enfance

Dans mon dernier article, je vous avais promis la suite de l'histoire des poireaux venus du froid.

J'étais loin de me douter lors de la parution de ce billet qu'ils allaient remuer autant de souvenirs et servir à la préparation d'une recette qui cadre juste avec le petit concours que Cocopassion vous propose pour gagner des petites cocottes pyrex.

Grand_mere

Pour participer : lLES RECETTES DE MA GRAND MÈRE

Si j'ai mis une majuscule à Chérie c'est parce que c'était le prénom de ma grand-mère maternelle, si, si vrai de vrai !

C'est la seule que j'ai connue un peu, elle n' habitait pas très loin de chez nous, c'est donc souvent que nous allions l'embrasser et jouer avec le pied de la machine à coudre 'Singer' qui trônait dans l'unique pièce de vie.

Elle ne savait ni lire, ni écrire, mais savait compter et il ne fallait lui en raconter. Sinon, gare à vous, sa voix grave résonnait dans vos oreilles ! Elle n' était pas riche, je crois même pauvre, mais certainement habituée à se contenter de peu.

Chez elle, quelle que soit la saison,le jour et l'heure, ça sentait toujours la cuisine. Posée sur le coin de la taque du petit poële à charbon allumé en permanence, il y avait toujours une cocotte ou une marmite qui mijotait doucement. Vous savez, même pas à petits bouillons, une fois le couvercle soulevé pour se régaler de l'odeur on voyait juste un petit "blup...blup" de temps en temps. Et ça cuisait comme ça des heures... La cuisine était très simple, uniquement faite de produits de saisons exploités au maximum, ceux du jardin bien sûr. Dans son assiette quotidienne la viande devait se faire rare, en petite quantité et choisie dans les morceaux les moins chers. Ses vieilles mains déformées par le rhumatisme s'appliquaient méticuleusement  à faire les plus fines épluchures afin de ne pas gaspiller.C'est sans doute elle qui a appris à maman qu'il ne faut rien jeter, maman, à son tour, me l'a transmis.

Je me rends compte que nous n'avons jamais mangé tous ensemble chez ma 'mèmère Chérie'. Pour sûr, l'unique pièce avec la petite table n'aurait jamais pu contenir notre famille nombreuse... Un 'querton' de lard dérobé dans la poële ou un bol de soupe pour se réchauffer avant de retourner à notre bataille de neige qui se passait dans la rue. C'est drôle...Il y a un tas de choses dont je prends seulement conscience en y repensant maintenant...

De cette cuisine d'avant, j'ai gardé le goût des choses simples et surtout celui des légumes de saison et du jardin dont j' use et abuse sans modération même si maintenant l'assiette s'agrémente automatiquement d'un morceau de viande choisie avec soin.

Et si vous voulez, vous aussi, goûter à la "djote à pôrias de ma mèmère Chèrie" suivez sa recette que m'a transmise maman...

INGRÉDIENTS POUR 4 GOURMANDS :

- 1 KG de pommes de terre épluchées et coupées en morceaux.

- Les feuilles vertes de 8 poireaux, les miens ne sont pas très très gros (gardez les blancs pour une autre utilisation)

- 2 oignons jaunes

- 1 c à café de matière grasse du saindoux (lard gras fondu et aromatisé avec thym laurier sel poivre...) ou du beurre si vous préférez.

- Du vinaigre d'alcool blanc

-  Eau, sel, poivre.

A VOS COCOTTES...

- Dans une cocotte mettre un fond d'eau (+/- 20cl) à bouillir.

- Pendant ce temps nettoyer, couper, laver, les légumes

- Lorsque l'eau bout, mettre les pdt dans le fond et les poireaux au dessus un peu de sel et un peu de poivre, couvrez et laisser cuire sans remuer à très petit feu pendant minimum 1H 30.

- Vérifier en cours de cuisson qu'il reste toujours un fond de liquide dans la cocotte.

- 10 minutes avant de servir  faire fondre la matière grasse dans une poêle .

- Peler, hacher les oignons les faire fondre en remuant dans la poêle , ils doivent rester légèrement croquants et peu colorés.

- Déglacer au vinaigre, saler, poivrer et ajouter au contenu de la cocotte.

- Mélanger délicatement avec une écumoire pour ne pas tout réduire en purée , goûter, rectifier l'assaisonnement suivant votre goût et servez bien chaud.

-Mettre à la disposition de chacun le vinaigre et de la moutarde.

La__djote__aux_poireaux_Le_plat_d_tox_de_mon_enfance

Nous l'avons accompagnée d'une saucisse de Morteau que ma grand mère n'a certainement jamais goûtée...dommage, je suis certaine qu'elle aurait aimé. Ma recette est hors concours car j'ai l'honneur de faire partie avec GUYLAINE et MAMINA du jury mais je suis certaine que ma grand mère avait toutes ses chances !))